Publication dans l’ouvrage « Web Social »

Un de mes articles issu d’une communication au congrès de l’ACFAS de 2008 vient d’être publié dans l’ouvrage « Web social, mutation de la communication » dirigé par Serge Proulx et Florence Millerand.

Présentation de l’ouvrage :

Internet a pris aujourd’hui la forme du Web social : en mobilisant les technologies 2.0, Internet devient un lieu participatif où l’usager est appelé à créer des contenus, à les échanger, à les remixer. Il est invité à se mettre en valeur à travers des sites de réseaux sociaux et à s’exprimer dans des blogues per­sonnels ou politiques. L’usager est ainsi placé au centre du Réseau des réseaux. Phénomène largement médiatisé, il reste peu connu du point de vue de ses pra­tiques dans les principaux domaines où il se déploie : information, communication, travail, loisirs, éducation, science.

Les recherches sur ces nouveaux usages interpellent plusieurs communautés scientifiques intéressées par les rapports entre technique, communication et société. Cet ouvrage propose une cartographie interdisciplinaire de ces travaux récents. En réunissant des analyses dans des sphères variées (culture, jeu, travail, journalisme, démocratie participative, éducation, santé) et des essais critiques sur l’utopie du Web social, les auteurs de cet ouvrage interrogent les figures de l’Internet contemporain : le Web social annonce-t-il une mutation de la communication ?

Présentation de mon article :

Ce texte met à l’épreuve l’amalgame couramment opéré entre l’idéal d’une démocratie radicale auto-organisées et les outils techniques du web 2.0 du fait des qualités de souplesse et d’ouverture qui leur sont associées. Cette étude se base sur l’une des manifestations la plus connue d’usage de ce type d’outils : Wikipédia.

A travers l’analyse des controverses qui animent cette communauté, nous tentons de montrer les phénomènes de bureaucratisation et de hiérarchisation à l’œuvre au sein de cette communauté depuis 2004 et jusque dans les faits récents. Des phénomènes d’une telle ampleur qu’ils transforment peu à peu un wiki ouvert, égalitaire et souple en une « usine à gaz » bureaucratique et élitiste.

Nous soulignons également que ces phénomènes découlent en grande partie de l’agrandissement de la communauté suite à l’arrivée massive de nouveaux contributeurs du fait de la notoriété croissante de Wikipédia. L’ouverture semble ainsi être tout à la fois le moteur de Wikipédia et ce qui l’amène progressivement à sa perte.

Cette approche critique vise ainsi à nuancer l’imaginaire déterministe et technophile par trop enchanteur qui entourent les nouvelles technologies et qui connaît un fort regain depuis l’avènement du web 2.0.

« Le web 2.0 et l’idéal d’auto-organisation : l’exemple de la Wikipédia francophone ». Dans PROULX, Serge, MILLERAND, Florence. Web social, mutation de la communication. Presses de l’Université du Québec, Collection communication, 2010, 396 pages. ISBN : 978-2-7605-2497-2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :