Intervention à la journée d’étude « L’organisation en mouvement », Montréal

J’interviendrai le mardi 21 décembre prochain à la journée d’étude « L’organisation en mouvement » qui se tiendra à la Salle des Boiseries de l’Université du Québec à Montréal (Pavillon J, salle J-2805).

XXX

Présentation de la journée d’étude

XXX

Traditionnellement l’organisation a été définie en tant que domaine particulier, « la chose organisée » : l’entreprise, l’administration, la personne morale. Pourtant, dans son sens étymologique, l’organisation renvoie aussi aux actions nécessaires « pour organiser quelque chose ». Il s’agit dans ce cas d’un mode d’existence (Latour, 2007) – un assemblage de processus organisant – ou plutôt, d’un mode de devenir : the organization in-the-making.

XXX

Ces processus d’existence et de transformation appellent une conception dynamique de l’organisation, une conception qui met au cœur le mouvement, les actions, les évènements, le changement, le déplacement.

XXX

Il s’agit ainsi de prendre comme point de départ une perspective processuelle. Cela implique de passer d’une ontologie des états à une ontologie relationnelle et d’une épistémologie des variances à une épistémologie transactionnelle. Toutefois, le spectre des théories processuelles est vaste. Il va d’une conception des processus dans laquelle ces derniers forment (et transforment) le monde, à une conception dans laquelle le monde est processus. La notion de processus peut ainsi prendre différentes significations selon la ‘faiblesse’ ou la ‘radicalité’ des positionnements (Chia & Langley, 2004). Ces différents positionnements permettent d’explorer la diversité des théories qui prennent comme point de départ le processus pour comprendre comment et pourquoi les personnes, les organisations, les objets, les environnements bougent : comment ils se constituent, se reproduisent, s’adaptent, se disent et se vivent, en fluctuation constante.

XXX

Dans cette perspective, l’objectif de cette journée d’étude est de créer un espace de discussion pour l’échange d’idées, de problématiques et de questions concernant les théories processuelles des organisations et leurs implications pour la recherche et pour les pratiques de travail. Des questions telles que la relation au temps et à l’espace, la relation aux entités, la relation à l’ordre et au désordre, seront discutées.

XXX

Présentation de mon intervention

XXX

« Évolution et dégénérescence des coopératives autogérées : pour de nouvelles conceptions socio-organisationnelles »

Nous chercherons dans cette intervention à interroger l’évolution organisationnelle des coopératives autogérées en soulignant les riches enseignements dont est porteur cette perspective dynamique pour repenser les phénomènes organisationnels et les processus d’innovation sociale.

XXX

Nombre de travaux menés sur les structures autogérées ont en effet souligné les limites de ces expérimentations et notamment leur incapacité à s’inscrire dans le temps. Nous pouvons particulièrement citer ici les travaux d’Albert Meister[1] pour qui ces structures sont condamnées à une inéluctable dégénérescence passant par quatre stades.

Au-delà des pratiques et dispositifs développés par les coopératives autogérées, Albert Meister nous invite ainsi à être sensibles à leur évolution organisationnelle.

XXX

Toutefois, et malgré l’estime que nous portons aux travaux de cet auteur, nous sommes réticents à souscrire totalement à ses hypothèses déterministes, pessimistes voire même simplistes, soumettant les processus organisationnels à une loi dégénérative excluant toute marge de manœuvre.

Nous nous proposerons donc ici de discuter ces hypothèses en interrogeant la trajectoire de deux coopératives autogérées, dans une approche critique certes mais également constructive pour tenter de faire émerger de nouvelles perspectives théoriques qui viendront remettre en cause la pertinence de certains présupposés organisationnels bien établis.

XXX

Cette intervention se veut ainsi le pendant théorique d’un article publié en début d’année pour la revue ARPES, à vocation plus pratique :

« La dégénérescence des organisations autogérées : d’un constat d’échec à l’émergence de nouvelles perspectives »

XXX

XXX

Programme de la journée d’étude


XXX

XXX

[1] MEISTER, Albert (1974). La participation dans les associations. Paris : Les Editions ouvrières, 276 pages

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :